• Dans l'article Explosion à Vénissieux, Khaled et Jules parlent de l'explosion qui a eu lieu dans un atelier de chargement le 25 octobre 1917, et qui à tué les tirailleurs Gougourou Abdouraman et Bourahima Mokaman.

    Nous nous posions donc la question :

    Qu'est-ce qu'un atelier de chargement ?

     Un atelier de chargement est un lieu dans lequel des ouvriers et des soldats (plus généralement des tirailleurs) chargent les obus de poudre, avant de les envoyer au front. Après leur chargement, les obus doivent être manier avec précaution, sous risque d'explosion au contact du sol.

     Tirailleurs chargeant des obus

    "Les travailleurs coloniaux et étrangers dans nos manufactures de guerre", région de Lyon, mi-septembre 1916. Sénégalais chargeant les obus.
    Photographie parue dans le journal Excelsior du dimanche 17 septembre 1916.
    © Piston / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet

    Je cite le JMO du 82° BTS à propos de cet atelier de Vénissieux, en date du 6 décembre 1917 (quelques semaines après l'explosion) :

    "Le Colonel Directeur est heureux de pouvoir signaler à l'attention de tout le personnel l'excellente tenue et le zèle qui à été apporté dans l’exécution du travail. [...]

    Il adresse des félicitations toutes particulières aux quatre tirailleurs ci-après :

    -Moussa-Koulibaly, 1er classe : 400 obus de 75;

    -Monique Diakité, 2ème classe : 375 obus de 75;

    -Mamiouma Koué, 2ème classe : 375 obus de 75;

    -Salou-Ousmana 2ème classe : 375 obus de 75.

    Dont le rendement dans la journée du 30 novembre 1917 à été excellente tant en quantité qu'en qualité."

     

    Félicitations pour 4 tirailleurs

    Marie, Clément


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Au cours de nos recherches, nous avons étudié le Journal de Marche et Opérations du 82°BTS. Nous cherchions des informations concernant les tirailleurs de ce bataillon enterrés à Lyon.

    Nous avons trouvé trace d'une tragédie qui a concerné
    les tirailleurs Gougourou Abdouraman et Bourahima Mokaman.

    En effet le 25 octobre 1917 à 9h une explosion a eu lieu à Vénissieux. Cette explosion a fait beaucoup de dégâts dans le camp Est de Vénissieux.

    Un caporal européen et trois tirailleurs sénégalais transportaient des déchets de l'atelier de chargement afin d'aller les incinérer.

    Gougourou Abdouraman et Bourahima Mokaman ont été victimes de cette explosion : Gougourou est décédé lors de l'explosion tandis que Bourahima est mort le même jour à  l’hôpital Desgenettes des suites de ses blessures.

    Pages 8-9 du JMO du 82°BTS

    Extraits JMO 82° BTS

    Jules, Khaled (3°4)

    Mais qu'est-ce qu'un atelier de chargement ?


    votre commentaire
  • Notre travail a consisté à rechercher les causes de décès des tirailleurs inhumés à Lyon possédant une fiche militaire .

    Nous avons étudié les fiches det 50 tirailleurs : 12 Malgaches et 38 Sénégalais



    12 Tirailleurs malgaches :


    - 5 sont décédés  de tuberculose,

    - 4 de pneumonie

    - 2 de causes inconnues

    - 1 de ses blessures contractées au combat.

    On constate donc que 75 % d’entre eux sont mort de tuberculose ou de pneumonie et surtout qu’un seul de ces tirailleurs a succombé à ses blessures subies sur le front.

    38 Tirailleurs sénégalais :

    Parmi les 38 tirailleurs dont les causes de décès sont mentionnées :

    - 2  ont été victimes d’une explosion à Vénissieux (voir l'article de nos camarades)

    - 3 ont contracté une pneumonie durant leur service

    - 8 sont morts de tuberculose

    - 7 sont décédés de leurs blessures de guerre

    - 12 sont mort de maladies diverses

    - et 6 sont décédés de causes inconnues

     

    Nous pouvons constater qu'un seul tirailleur malgache sur 12 est mort de ses blessures subies au combat (soit environ 8%) tandis que 7 tirailleurs sénégalais sur 38 sont morts des suites de leurs blessures (soit environ 18%).

     

    Comment peut-on expliquer cette différence ?

    Nous pensons, d'après ce que nous avons déjà observé, que les tirailleurs sénégalais étaient plus fréquemment envoyé combattre au front tandis que les tirailleurs malgaches étaient plutôt destinés à d'autres travaux.

     

    Jimmy, Nicolas (3°4)


    votre commentaire
  • La Doua - A5 / 45

     

    Informations Geneweb

    Nom : RAAMIZAFI Prénoms : Vincent
    Conflit : 1914-1918
    Grade, unité : Caporal
    Complément :
    Matricule, recrutement :
    Date de naissance :
    Département ou pays :
    Commune de naissance :
    Genre de mort :
    Mention Mort pour la France : Oui
    Date du décès : 01/09/1919
    Département ou pays :
    Commune du décès :
    Lieu, complément :
    Date du jugement :
    Département ou pays :
    Commune du jugement :

    Date de transcription :
    Département ou pays :
    Commune de transcription :
    Département ou pays inhumation: 69 - Rhône
    Commune inhumation : Villeurbanne
    Lieu inhumation : Nécropole nationale La Doua
    Carré, rang, tombe : (Rang A 5, Tombe 45)


    votre commentaire
  • Étude de la Une de Le Matin du 25 mars 1916

    Transcription

    Consignes / questions :


    Niveau 1 :

    1. Qui est l'auteur des propos cités dans le 2ème article ?
    2. Qu'affirme-t-il au sujet de l'attaque allemande à Verdun ?
    3. Qu'affirme-t-il au sujet de la défense des soldats français ?
    4. Pour quelles raisons peut-on qualifier cet article de propagande ?

    Niveau 2 :

    1. Rédige un paragraphe dans lequel tu montreras que ces deux articles peuvent-être qualifiés de propagande.

    Question bonus : D'après toi, qu'est-ce qui peut expliquer la présence d'une partie blanche (entourée sur le document) au milieu d'un article ?

     


    votre commentaire
  • Étude d'un article de Le Gaulois du 26 mars 1916

    Transcription de l'article

    Consignes / Questions
    (Niveau 3)


    1. De quel emprunt s'agit-il ?
    2. A quoi doit-il servir ?
    3. « souscriptions recueillies dans les principales villes et les centres industriels d'Allemagne » : Auprès de qui est souscrit cet emprunt ?
    4. Quelles somme a été empruntée ?
    5. Mais, d'après le journaliste, cet argent est-il disponible ?
    6. Pourquoi le journaliste le qualifie-t-il de bluff ?


    votre commentaire
  • Étude d'un article extrait de La Croix du 28 mars 1916

    Transcription de l'article

     

    Consignes / questions (au choix) :

    • Niveau 1 : premier article extrait de La Croix du 28 mars 1916

    1. Qu'est-ce qu'un emprunt de guerre ?

    2. De quel montant est-il ?

    3. Pourquoi le journaliste le qualifie-t-il de bluff ?

     

    • Niveau 2 : deuxième article extrait de La Croix du 28 mars 1916

    1. Où les incidents rapportés se sont-ils déroulés ?

    2. Quelle idée a été avancée par M. Haase ?

    3. Pour quelles raisons cela a-t-il été à l'origine d'un tumulte et d'une condamnation par les membres de son parti ?

    4. Quelles sont les conséquences de cette séance pour le parti social-démocrate ?

    5. A ton avis, pourquoi cet événement est-il raconté en Une d'un journal français ?


    votre commentaire
  • Fiche d'analyse de la Une d'un quotidien

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique