• Le recrutement des Tirailleurs

    Une soixantaine de tirailleurs sénégalais et malgaches sont décédés et inhumés dans l'agglomération lyonnaise.
    Mais pourquoi se sont-ils engagés dans cette guerre ?
    Comment ont-ils été recrutés ?

    Introduction

    Le recrutement des tirailleurs a commencé bien avant le début de la guerre en 1914 par des départs volontaires. L’"armée noire" étaient composées de tirailleurs recrutés sur la base du volontariat dans tout l'Empire français.

    Lorsque la France est entrée en guerre, le haut-commandement français a multiplié les appels à l'engagement dans tout l'Empire. Parmi tous ces engagés volontaires obligatoires, il y avait surtout des gens de classe basse, parfois des esclaves d’origine

    Contrairement aux tirailleurs qui se sont engagés volontairement avant la 1ère guerre mondiale, les tirailleurs de 14-18 qui n'avaient souvent pas eu le choix, n’étaient pas toujours fiers de se battre sous les couleurs de la France, ils ne se sentaient pas du tout Français…

    Dans ce recrutement, la Mission Blaise DIAGNE est restée célèbre : Commissaire de la République, Blaise Diagne avec pour mission de mener une nouvelle campagne de recrutement en Afrique occidentale française.

    Source : “Les Tirailleurs”, (partie sur “La mission Blaise DIAGNE” ‘Le volontariat des premiers moi cède vite la place à la contrainte"), E. Deroo, S. Lemaire

    Hugo et Jules.

    La Mission Blaise Diagne

    Blaise Diagne est un homme politique français né le 13 octobre 1872 à Gorée au Sénégal et mort le 11 mai 1934 à Cambo-Les-Bains (Aquitaine) en France. Il est le premier député Africain élu à la Chambre des députés française. Il est également le premier Africain sous-secrétaire d'État aux Colonies.

    Originaire de Gorée et citoyen français, cet ancien administrateur colonial (Dahomey, Congo, Réunion, Madagascar et Guyane), devenu maire de Dakar, est célèbre pour avoir été le premier Africain élu à l’Assemblée nationale, au Palais-Bourbon. Il y siègera 20 ans, de 1914 jusqu’à sa mort en 1934.

    La mission de Blaise Diagne aura connu un succès évident : on évalue à la fin de la guerre les recrutements d’Afrique à près de 63 000 soldats en AOF (Afrique Occidental Française)et près de 14 000 en AEF (Afrique Équatoriale Française). Reste que l’on est souvent loin, bien loin, d’une adhésion volontaire promue par la propagande coloniale.

    Audrey

    Recrutement de Tirailleurs Sénégalais ?

    Pendant la Grande Guerre,  161 361 tirailleurs d’Afrique Occidentale Française, ont servi la France.

    C'est la dernière année de guerre que le recrutement a été le plus fort (63 276 en 1918) : probablement car il manquait des soldats en France et c'est aussi lié à la réussite de la Mission Diagne.

    On appelle tous ces tirailleurs, “tirailleurs Sénégalais “mais la plupart ne sont pas des Sénégalais. En effet seuls 12% sont recrutés dans la colonie du Sénégal (20 571 tirailleurs).

    La plus grand part des tirailleurs, 25 %, a été recrutée au Soudan : donc 1 tirailleurs sur 4 venait de l'actuel Mali !
    Ensuite, 19 % furent recrutés en Haute-Volta (Burkina Faso) ; 18 % en Guinée ; 14 % en Côte d'Ivoire.
    Parmi ces tirailleurs Sénégalais, peu venaient du Dahomey (Bénin - 6%), du Niger (2%) et de Mauritanie (1%)

    Ces informations sont tirées du livre “Les Africains et la Grande Guerre” écrit par Marc Michel, Éditions Khartala, 2014

    Suanita, Jules

    Recrutement de "nos" tirailleurs "lyonnais"

     Parmi les tirailleurs sénégalais inhumés dans l'agglomération lyonnaise, nous avons retrouvé le lieu de naissance et/ou de recrutement de 41 d'entre eux.
    D'où venaient-ils exactement ? Étaient-ils tous Sénégalais ?

    - La majorité venait bien de l'actuel Sénégal : 18 / 41 tirailleurs
    - 8 venaient du Soudan : actuel Mali
    - 8 de Guinée
    - 3 étaient originaires de Haute-Volta : actuel Burkina Faso
    - 2 de Côte d'Ivoire
    - 2 du Dahomey : actuel Bénin

    On peut noter qu'aucun tirailleurs inhumés à Lyon ne vient ni du Niger ni de la Mauritanie.

    Donc, il serait plus juste de les appeler des tirailleurs Sénégalais, mais aussi Maliens, Guinéens, Burkinabés, Ivoiriens et Béninois !

    Sabrina, Hugo

     

    Le recrutement des tirailleurs
    dans les livres du CDI

    "Demba Diop", de Tempoe et Mor, Physalis, 2013

    BD - Demba Diop
    Dans cette BD, nous voyons des camions conduits par des soldats traversant des villages africains afin de recruter des soldats locaux pour faire la guerre en France.

    A Diamando, d'après la BD, les habitants sont au courant que la France est en guerre et que les Français vont en désigner pour partir avec eux.

    Lorsque le camion arrive au village, un soldat demande au chef du village qui sont les hommes les plus robustes.

    Finalement, sur ordre des militaires français, c'est le chef du village qui a désigné les futurs tirailleurs.

    Demba Diop, p.6 Demba Diop, p.9

    Ambrine

    "Sang noir", de Chabaud et Monier, Physalis, 2013

    BD - Sang noir

    Dans cette BD, un officier français annonce la guerre au chef d'un village africain et lui explique que chaque village doit apporter sa contribution en donnant quelques soldats.

    Le chef du village convoque tous les chefs de famille et leur dit de désigner chacun un garçon en âge de se battre.

    Au final, 5 jeunes furent choisis et partirent se battre. Ils n'étaient pas volontaires mais acceptaient pour montrer qu'ils étaient courageux.

    Sang noir, p.26 Le recrutement des Tirailleurs

    Alexis S.

    "Des inconnus chez moi", Lucie Cousturier, L'Harmattan, 2011

    Dans ce livre, il y a un témoignage d'un tirailleur expliquant son recrutement : il s'appelait Ghibi et était Bambara.

    Lucie Cousturier lui demande pourquoi il s'était engagé. Il explique alors qu'il a été forcé.

    En effet, les Français sont venus le voir une première fois pour savoir s'il voulait s'engager. Il a répondu qu'il ne voulait pas.
    Le second jour, les militaires lui ont fait du chantage : ils sont venus prendre sa mère pour la mettre en prison. Aussi, il a été obligé d'accepter !

    Cet exemple (qui n'est pas fictif) nous montre que les tirailleurs ne furent pas tous volontaires et étaient parfois obligés de s'engager.
    Ghibi explique même que les garçons se cachaient dans la forêt pour ne pas que les Français puissent les recruter.

    Des inconnus chez moi, p.157

    Ambrine

     

     

    « Qu'est-ce que l'AOF ?Tata Sénégalais de Chasselay »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :