• DÉCOUVERTE DE LA NÉCROPOLE DE LA DOUA (LYON-VILLEURBANNE)
    La visite a eu lieu le vendredi 19 SEPTEMBRE 2014

    la Nécropole nationale de la Doua

    QU'EST CE QU'UNE NÉCROPOLE?

    Pour nous, élèves, c'est un endroit où les soldats morts pour la France (sur le champ de bataille principalement) ont été enterrés, cependant il n’y repose pas que des soldats français mais des soldats de toutes nationalités (Malgache, Russe , Italien, Anglais…).

     

    La définition exacte:

    C'est une loi de 1915 qui instaure la création de nécropoles nationales destinées à accueillir les corps des combattants (ou personnes mortes en service : on trouve la sépulture d'une infirmière à la Doua par exemple) « mort pour la France » avec des sépultures perpétuelles entretenues aux frais de l'Etat.

    A partir de l'année 1920, les familles peuvent se voir restituer les corps de leurs proches afin de les faire inhumer dans le caveau familial. Pendant l'entre­ deux­ guerre, les nécropoles nationales ont répondu à l'urgence du nombre de « morts pour la France » qui devaient être inhumés. C'est en 1928, que la notion de scénographie de ces lieux de sépultures est vraiment décidée.

    UN CIMETIÈRE MILITAIRE

    La nécropole nationale de la Doua est donc un cimetière militaire qui rassemble des tombes de soldats ou de résistants français, issus de troupes alliées de la Première Guerre mondiale ou de la Seconde Guerre mondiale, tous Morts pour la France.

    Durant la Seconde Guerre Mondiale le lieu servi à l'occupant nazi d’endroit de fusillades pour les résistants, en particulier, pour les résistants prisonniers à Montluc : 77 résistants furent fusillés sur la “ Butte des fusillés”. En 1995, une plaque commémorative  fut apposée sur le « Mur des fusillés », répertoriant les 77 résistants fusillés.

    Il y eu 10 millions de morts pour 70 millions de combattant durant la Première Guerre Mondiale. Parmi eux, 2 723 soldats sont enterré à la Nécropole de la Doua.

     

    DIFFÉRENTES RELIGIONS

    Dans la nécropole, plusieurs religions étaient visibles : chrétienne, musulmane,  juive et il existe une sépulture sans référence religieuse.

    Chaque religion a son propre type de sépulture :

    Sépulture musulmaneSépulture juive  Sépulture chrétienne

     Il existe même un modèle de stèle pour les athées :

      Stèle sans motifs religieux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Origine du site de la Nécropole

     

    A l’origine, la Doua était un terrain communal. Les autorités militèrent décident d’en faire un lieu d’entraînement et de manœuvre pour les troupes : la cohabitation entre la commune et les militaires s’organise entre protestations et compromis, jusqu’à ce que ces derniers décident dans un contexte social troubler d’acheter les terrains en 1834.Le camp de Villeurbanne devient donc un champs de manœuvre que l’on aménage désormais de baraquement et de nuées de canons nécessaires à l’entraînement de milliers d’hommes. 

     

    Quelle procédure permet d’être inhumé dans une nécropole nationale?

    La demande peut être faite par l’autorité militaire ou administrative,mais aussi par la famille du défunt,voir à toute personne physique ou morale ayant un motif pour le faire. Il n’existe pas de limite de temps pour les demandes.

     

    COMMENT EST ORGANISÉE LA NÉCROPOLE?

    20140903_094800.jpg

    Le cimetière, inauguré en 1954, s'organise autour d'un lieu nommé la « Butte des fusillés » et se répartit selon sept carrés : A, B, C, D, E, F et G. Il est situé dans le quartier de La Doua à Villeurbanne.

     

    Comment pouvons-nous retrouver une tombe ?

     

    ­- Tout d'abord repérer sur le plan la lettre qui correspond au carré que vous cherchez.

    -­ Ensuite en partant du portail d'entrée comptez le nombre de rang (rangée de tombes) jusqu'au rang recherché.­

    - Enfin comptez le nombre de tombes dans la rangée.

     

    Audrey, Emma, Mathilde (Collège Boris Vian)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique